La Bredoute

La Bredoute de Fabcaro chez 6 pieds sous terre

Résumé de l’éditeur

La Bredoute est votre nouveau catalogue de vente par correspondance, pour la maison, pour vous mesdames, mais aussi pour vous messieurs. Et pour les enfants. N’hésitez pas non plus à consulter nos pages bricolage ou electro-ménager. Toutes les nouvelles tendances, les accessoires “malins” qui feront de vous des femmes modernes, des hommes tendances et des enfants choyés.

Ma critique

Quand je n’ai pas trop la pêche, comme ce soir j’aime relire des BD qui m’ont fait rire.
J’ai donc choisi un magnifique catalogue pour feuilleter dans mon lit, une tablette de chocolat à la main. Il faut un minimum !

Fabcaro se lâche avec son catalogue La Bredoute, bonne parodie du célèbre catalogue la Redoute. Ce n’est pas vraiment une BD mais bien un mini catalogue avec ses prix câlin, ses vêtements sports, ses pages « tout pour dedans la maison », ses slogans à chaque rubrique, ses traductions très approximatives  (comme une que j’adore  « have fun » : traduisez « avoir super »).

Un humour un peu au vitriol de temps en temps, mais c’est ça qui fait que c’est si bon.
Et, c’est juste l’humour que j’aime..
Bon, faut dire que je suis assez fan de ce que fait Fabcaro !

Et comme un dessin vaut mieux qu’un grand discours.

une de mes pages préférées !! Tant fillée !

Challenge BD 13/30

Publicités

Brume

brume

Brume par le Collectif Café SaléAnkama


Résumé de l’éditeur
:

Art engagé !

Dix-neuf histoires complètes joliment illustrées de dessins aux couleurs vives, sont racontées de manière à prendre conscience de l’altération de la Terre ! C’est un engagement artistique pour l’environnement : la planète bleue est en danger. Et pour la sauver, il faut d’abord respecter la Nature ! Un changement de comportement qui commence avec le versement d’une partie des revenus de l’œuvre à la Ligue de Protection des Oiseaux, association reconnue d’utilité publique qui agit au quotidien pour la sauvegarde de la biodiversité.

Ma critique :

Cette BD, je l’avais repérée depuis longtemps.. Surtout en trainant sur le blog de Ln.  Comme j’aime bien ce qu’elle fait, j’avais très envie de voir comment serait sa BD.  (Et , je l’ai beaucoup aimée).

Je trouvais l’idée d’un recueil de BD sur l’environnement plutôt attrayante. Donc, hop, j’ai le bouquin entre les mains, je l’ouvre. Et je suis surprise de la diversité des illustration set des genre d’histoires. Ça va de la BD en trois ou quatre pages, bien axée jeunesse, à la BD plus longue et plus pesantes. Quelque soit le style de lectures que l’on aime, je pense que chacun peut trouver son bonheur dans cet ouvrage.  J’ai vraiment aimé passer de style en style,  même si quelques histoires m’ont parues un peu obscures.  Dans le sens où  je n’ai pas réussi à forcément comprendre l’histoire. Était-ce dû à ma fatigue quand je les ai lue ou juste au fait que je n’ai pas accroché plus que ça au scénario ou dessin de ces quelques BD ? Ceci dit, j’ai été agréablement surprise du résultat global. Les histoires ont quand même tendance à être sombres et ne se terminent pas toujours au mieux. J’espère que cela pourra faire un déclic pour les lecteurs pas encore convaincus que  si on ne se bouge pas très vite, ça va aller de pire en pire.  Un ouvrage à découvrir.

Challenge BD 11/30

Princesse Sara

Princesse Sara par  Audrey Alwett (scénario)  et Nora Moretti (dessin) – Soleil Collection Blackberry


Résumé de l’éditeur
:

L’ADAPTATION DU ROMAN DE F. H. BURNETT : LA PETITE PRINCESSE, DESSIN ANIMÉ DEVENU CULTE DANS LES ANNÉES 80.

Sara a toujours vécu aux Indes, quand son père, le capitaine Crewe, l’emmène parfaire son éducation dans un pensionnat de jeunes filles à Londres. Les amitiés se révèlent avec Ermengarde et la petite Lottie, et les inimitiés avec cette peste de Lavinia et surtout la directrice pète-sec : Miss Minchin. Néanmoins, grâce à sa richesse et son talent dans tous les domaines Sara devient vite la star du pensionnat, d’autant que son père lui envoie des lettres surprenantes : il investirait dans des mines de diamants…
Miss Minchin rivalise d’imagination pour flatter et gâter son élève, jusqu’au jour où deux avoués se présentent au pensionnat. Le capitaine Crewe est mort ruiné, laissant sa fille sans le sou.

Ma critique :

Encore un titre de la collection Blackberry que je surveille. Comme vous pouvez vous en douter, j’ai adoré le dessin animé « Princesse Sarah » quand j’étais petite. Et c’est avec une certaine nostalgie que je lis (et relis) les deux tomes de la BD.  Tout est là : la gentille Sara, le pensionnat et ses élèves, les superbes tenues de Sara et un décor victorien très bien réalisé. Tout est là, mais il  y a plus.  Les personnages sont bien plus travaillés que dans le dessin animé -on comprend mieux les réactions et les caractères de chacun- et il y a aussi un petit côté steam-punk très intéressant avec des automates. Une très belle façon de redécouvrir cette histoire. Tout ça me donne envie de lire le roman.

Pour en savoir plus sur Sara, je vous conseille de jeter un œil sur l’interview de la scénariste sur le site abdapt.fr. Vous pouvez aussi voir la belle dédicace que m’a faite Nora Moretti lors du salon du livre jeunesse à Troyes, sur mon blog de dessins.

Challenge BD 9/30

J’aurais adoré être ethnologue

ethnologue

J’aurais adoré être ethnologue par Margaux Motin chez Marabout

Margaux est illustratrice free-lance, Maman, fashion-victime, épouse et terriblement drôle. Cette BD raconte son quotidien : subtil mélange de féminité, de glamour et de trash. Margaux, ça ne se raconte pas, ça se lit et ça se voit. Et ça n’est pas que pour les filles.

Et puis, en attendant l’arrivée du tome 2, (en septembre  apparemment)on peut lire et relire les notes du blog de Margaux. Si avec ça votre journée n’est pas ensoleillée, je ne peux plus rien pour vous 🙂

Challenge BD 8/30

Tokyo Sanpo

Tokyo Sanpo par Florent Chavouet aux éditions Philippe Picquier

Résumé de l’éditeur
« A mon retour en France, on m’a demandé si c’était bien la Chine. Ce à quoi j’ai répondu que les japonais, en tous cas, y étaient très accueillants »Voici un guide de voyage dans Tokyo qui ne ressemble à aucun autre !Partir à la découverte de Tokyo, le nez au ras du trottoir et l’œil à l’affût, arpenter le bitume à hauteur d’homme et saisir les instants fugitifs, saugrenus et si caractéristiques dans leur étrangeté de la capitale du Japon. Avec pour seuls outils et compagnons les plus fidèles, une bicyclette, une chaise pliante de pêcheur, et bien sûr des crayons de couleur.

Chaque chapitre s’organise autour d’un quartier, avec sa carte et son koban, autrement dit son commissariat, aux architectures plutôt délirantes.Un humour décapant et un coup de crayon talentueux qui nous entraînent dans un Tokyo surprenant au gré d’une humeur vagabonde et d’un esprit curieux.

Ma critique

Je reste dans mon trip avec les crayons de couleurs. J’ai découvert ce livre il y a un an. On ne peut pas vraiment dire que c’est une BD. Il se rapproche plus du carnet de voyage. Florent Chavouet est resté 6 mois au Japon, à Tokyo. Il s’est amusé à dessiner les quartiers où il s’est promené. On ne va pas trouver dans ce livre le monuments ou sites « à visiter ». mais on y découvre un Tokyo au quotidien. On peut s’extasier,avec le dessinateur de la forme des panneaux publicitaires, des étiquettes écrites en japonais. ce genre de choses quotidiennes et banales, qui deviennent extraordinaire quand elles sont vues dans un autre pays. J’ai beaucoup aimé ce voyage dessiné. les illustrations sont riches, détaillées et très très souvent amusantes. Et quand je pense que tout a été fait aux crayons de couleurs… Je n’imagine même pas le temps qu’il a dû passer sur chaque dessin. Chapeau!

Pour en savoir un peu plus sur Florent Chavouet, je vous conseille d’aller visiter son site.

Extrait


Challenge BD 6/30

Martha Jane Canary


Martha Jane CanaryMatthieu Blanchin et Christian Perrissin – Futuropolis

Résumé de l’éditeur
« Née le 1er mai 1852 dans le Missouri, elle est l’aînée d’une famille de six enfants. Ses parents, de pauvres agriculteurs décident de tout abandonner pour aller vers l’Ouest, à Salt Lake City, où vit la plus grande communauté mormone. Elle a quinze ans quand ses parents meurent. Élevant seule sa fratrie, elle se retrouve contrainte de les abandonner pour ne pas avoir à se marier avec un homme qui la convoite. Sa vie aventureuse commence. Un peu partout sur les territoires des Wyoming, Dakota et Montana, on repérera le passage de cette extravagante jeune femme, cocher de diligence un jour, serveuse de saloon le lendemain, cow-girl, sage-femme, poseur de rails… mille petits boulots qui contribueront à lui tailler une réputation sulfureuse dans un Ouest à la fois sauvage et puritain et qui lui vaudront son surnom. »

Ma critique
L’histoire de Martha Jane Canary qui va devenir la fameuse Calamity Jane. Le premier tome de la série ne relate que le début des aventures de Martha, jeune fille de quinze ans qui élève seule ses frères et sœurs.[…]

Retrouvez la suite de la critique sur le blog Fondu(e)s de lecture


Challenge BD 5/30

Alice au Pays des Merveilles

*clique*

Alice au Pays des MerveillesDavid Chauvel et Xavier Collette

Ma critique

Le chef d’œuvre de Lewis Caroll revisité par la bande dessinée. Cette nouvelle adaptation est très fidèle au roman de base. On retrouve bien cette sensation de rêve sans queue ni tête, d’évènements déstabilisants qui se succèdent sans raisons apparente. En lisant cette BD, j’ai retrouvé le même état d’esprit que j’avais lorsque j’ai lu le roman pour la première fois. De plus, le dessin est superbe et la mise en couleurs sublime les différentes émotions que peut ressentir Alice. Une très belle adaptation, loin de l’univers acidulé de Disney (que j’aime beaucoup pourtant). A recommander aux plus jeunes comme aux plus grands, pour qu’ils redécouvrent ce roman farfelu et angoissant.


Challenge BD 4/30

Avec cette BD, je commence aussi un nouveau Challenge : « Alice au Pays des Merveilles ».

Le but est de lire de 3 à 5 adaptations du roman durant l’année.

Donc, je fais un cumul. Je me suis limitée à trois. On verra si je peux en faire plus.

Challenge Alice 1/3